Alors que le Pakistan vient de déclarer l’état d’urgence, il est important de mieux comprendre les tenants et aboutissants d’une situation qui peut malheureusement dégénérer. La tragédie de la Mosquée Rouge semble «un tournant majeur de la politique de ce pays qui sombre dans une guerre civile programmée par les mollahs, mais également par des puissances étrangères» , écrit Yannick Comenge sur Agora Vox. Son texte cherche à «rassembler l’ensemble des données nécessaires pour comprendre une nation nucléaire plongée dans une histoire douloureuse et minée par le terrorisme international».

Prenant comme point de départ les origines ethno-religieuses du Pakistan, l’auteur y examine les particularismes religieux et analyse le rôle des dirigeants pakistanais, des partis politiques subversifs, de l’agence de renseignement nationale (ISI) et des madrasas dans l’histoire récente de l’État pakistanais, tandis que certains observateurs redoutent la «talibanisation» qui a déjà gagné les zones tribales frontalières avec l’Afghanistan.

Le Pakistan dans le chaos : l’ombre de la Mosquée Rouge et d’Al Qaeda

Publicités